Quelles sont les opérations à entreprendre pour se conformer à la loi Informatique et Libertés en 2018 ?

0

Pour cette nouvelle année, certaines entreprises ont enfin décidé de digitaliser leurs activités. Néanmoins, ce projet les oblige également à respecter certains textes sur la protection des données à caractère personnel. Il faudra  notamment  prendre quelques mesures pour se conformer à la loi Informatique et Libertés.

La loi Informatique et Libertés : le texte qui protège la vie privée des citoyens sur internet

Le passage au web 2.0 a favorisé la digitalisation des activités. Grâce aux nouvelles technologies, les autorités publiques et les sociétés peuvent se rapprocher des particuliers. Pour ce faire, il suffit de créer une plateforme adaptée sur laquelle on propose des services et des produits divers. Toutefois, il faut savoir que de nombreuses entités récoltent les données personnelles des utilisateurs ou des visiteurs. Afin de préserver la vie privée de ces derniers, il est crucial de promulguer un texte qui régit les activités digitales.

C’est dans cette logique que la loi Informatique et Libertés a été adoptée. Hormis d’énumérer les droits des internautes sur leur patrimoine numérique, ce texte précise également les obligations des établissements qui vont traiter à grande échelle des données sensibles. Les responsables doivent prendre des mesures adéquates pour écarter les risques d’exfiltration de données. De même, certains protocoles doivent être respectés pour éviter les abus.

Afin de contrôler  toutes  les structures concernées, les législateurs ont décidé de créer la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Cette institution peut mandater son personnel pour effectuer une inspection. Elle intervient  également dans  l’instruction  des affaires de violation de vie privée sur internet.

Comment se conformer à la loi Informatique et Libertés ?

Se conformer à la loi Informatique et Libertés requiert une bonne connaissance du texte ainsi que certaines compétences spécifiques. Pour ne rien laisser au hasard, il est préférable de faire appel à un Correspondant Informatique et Libertés (CIL). Cet expert peut effectuer un audit de mise en conformité  avant de préciser les démarches à suivre. Il supervise les opérations afin de respecter le cahier des charges établi par la CNIL. Si toutes les tâches sont accomplies correctement, l’établissement concerné peut obtenir certaines certifications. Cela facilite les formalités à régler pour développer les activités. Pour accomplir ces opérations, il est préférable de recruter un Data Protection Officer (DPO). Heureusement, les chefs d’entreprises ont la possibilité d’offrir une formation pour devenir DPO à l’un de leurs employés.

Toutefois, il faut savoir que les dernières modifications  apportées  à ce texte anticipent la mise en application du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Ainsi, les sociétés digitales et les établissements publics présents sur internet doivent modifier leurs plateformes afin de permettre aux citoyens européens d’exercer leurs nouveaux droits. 

Share.

About Author

Leave A Reply